Le temps n'efface pas les erreurs

2014

8 mn

Film photographique

Photographie : Michel Handschumacher

Son et Musique : Bruno Fleutelot

Situé dans le Roussillon, le camp de Rivesaltes a été un lieu d'exil et de privation de liberté pour des milliers de personnes : républicains Espagnols, Juifs, Roms, antinazis Allemands, Harkis... internés au cours du vingtième siècle du fait de leurs origines, religions ou opinions politiques.

A VOIR...

A LIRE...

Ces photos ont été prises au camp de Rivesaltes au cours des années 2012 et 2013. Elles se veulent volontairement esthétiques, jouant avec les lumières, les vues cadrées et les perspectives rigoureuses. En aucun cas elles ne cherchent à magnifier le lieu.

J'aimerais que ces photos amènent le spectateur à s'interroger et à réfléchir à la signification de ces murs car chaque pierre est marquée de la présence des personnes internées dans ce camp.

La série photographique s'inscrit également dans l’actualité récente car en déambulant dans le camp de Rivesaltes on ne peut s'empêcher de penser à la création des centres de rétention pour étrangers, aux discriminations que subissent certaines populations et à la montée des extrémismes en Europe.

Qu’a-t-on retenu des événements passés ? Ne reproduit-on pas les mêmes erreurs ?

En cherchant à travailler sur une mise en espace sonore de mes travaux photographiques, j'ai invité le musicien Bruno Fleutelot à me rejoindre. Nous avons commencé à questionner concrètement les liens existants entre l'image fixe, l'espace et le son. Le premier résultat de cette recherche est un film.

Ce "film-photographique" est composé de plans fixes disparaissant progressivement dans de longs fondus enchaînés. Les images se fondent et se croisent en une longue surimpression selon un rythme très lent, presque contemplatif et forment un ensemble narratif continu. Les images sont associées à une composition sonore aux sons concrets venue soutenir le propos initial et immédiat. La musique introduit également des lignes de ruptures et de cassures. Elles induisent une nouvelle mise en perspective de la série photographique à travers une autre forme de lecture et ouvrent une porte sur l'imaginaire de chacun.

 

Michel Handschumacher

© 2019 - Association Le tempestaire / La Constellation des Intranquilles