La Construction

Un film de Gonçalo Mota

2015, Portugal, 25 mn

Production Frauga

Dans les années 50, le Portugal est un pays oublié, majoritairement agricole et pauvre, plongé dans une dictature fasciste, isolé du reste de l'Europe. L'après-guerre inaugure une phase d'industrialisation du pays, mais il faut d'abord garantir la production d'énergie. Dans la région où fleuve Douro est une frontière naturelle entre le Portugal et l'Espagne, vont être construites trois grandes centrales hydroélectriques. La première et la plus grande est celle du barrage de Picote. Près de 5000 personnes participeront à sa construction, qui, au-delà de la centrale de production va aussi donner naissance à toute une petite ville, conçue Ex Nihilo par un groupe de jeunes architectes récemment diplômés, qui profitent de cette occasion unique pour concrétiser leurs idées en matière d'architecture. Cette utopie moderniste va voir le jour sur le Planalto Mirandês, une enclave culturelle et naturelle, qui, à cette époque, vivait presque comme au Moyen-Âge. Le Portugal était un pays oublié par le reste de l'Europe et le Planalto Mirandês était et continue à être une région oubliée à l'intérieur même du Portugal, qui est passé en quelques années du féodalisme à l'électrification.

60 années après, le complexe architectural est devenu totalement inutile et obsolète, même si le barrage continue à produire de l'énergie, il n'y a plus besoin de main d'oeuvre pour le faire fonctionner. Sur les 5000 personnes qui vécurent là, aujourd'hui, il en reste à peine 30. Le complexe n'est plus qu'aujourd'hui qu'une curiosité architecturale et ceux qui vivent là passent leurs journées pleines de routines simples, hantées par les souvenirs du passé. A travers la lecture du livre "La vase et les étoiles", un portrait poétique de la misère humaine vécue par les travailleurs du barrage, écrit par Telmo Ferraz, l'aumônier des ouvriers, nous découvrons le dur prix du progrès technologique.